port2

 

 Au fond le fameux Baou et ses habitations troglodytes

 

En 1595, peu de temps après l’évènement du roi Henri IV, eut lieu dans le très catholique bourg de Saint-Chamas, un évènement terrible qui causa la mort soudaine de plusieurs personnes.

Tour la saison d’automne de cette année 1595 avait été pluvieuse, les fortes pluies avaient dévasté les abords des rivières, les crues du Rhône furent dévastatrices au point que dans la ville d’Arles, les nouveaux moulins furent emportés.

Le petit bourg de Saint-Chamas en fut aussi victime, les pluies torrentielles avaient arrachées dans leurs fondements 19 maisons  que les eaux furieuses entrainèrent vers la mer, en faisant nombre de victimes.

1595

 

Les années passèrent, seuls les anciens pouvaient s’en souvenir, Certains même pensaient que c’était une punition du Ciel pour avoir accepté un Roi protestant.

1610, remit les choses à leurs places selon certains papistes adeptes des complots célestes…

En 1651, la messe devient obligatoire et exige la participation complète des fidèles. L’église a gagné et elle règne en maitresse absolue sur le peuple. Les épidémies de peste, choléra, variole, typhus continuaient sans vergogne leurs ravages et firent en France plus d’un million de morts.

Pourtant au cours des décennies suivantes, certaines personnes avertissèrent les officiers et les consuls du danger que représentait les habitations reconstruites sur du terrain humide et meuble, Saint-Chamas étant une bourgade maritime, donc exposée aux vents et aux embruns continuellement, mais ce fut lettres mortes.

 

histoire chronologique de provence

Erreur d’impression car ce fut bien en 1651 qu’eut lieu la catastrophe -Histoire chronologique de Provence.

 

 

Le mercredi 8 avril, un fort grondement se fit entendre et dans un fracas d’enfer épouvantable, un pan du Baou s’effondra sur les maisons accolées à la « montagne » et depuis longtemps reconstruites… au même endroit !

Dieu ne peut pas les punir aussi violemment deux fois de suite.

Beaucoup de  maisons furent totalement détruites, leur chute fit 27 morts et de nombreux blessés.

Des familles entières totalement anéanties, sur les 27 morts 9 enfants en très jeune âge.

page1

page2

page3

registres de la paroisse de saint chamas 1651

 Tous les corps furent déposés à la chapelle Notre Dame de Miséricorde qui se trouve toujours intacte au sommet du Baou…

notredamestchamas

 

 

On ne sait où furent inhumés tous ces pauvres gens victimes de la cupidité des gouvernants..

 

Lors du conseil de la ville, ils durent sans doute prononcer le dicton connu ..

« Semaine sainte pluvieuse, une année ruineuse »

 

Car ce mercredi 8 avril, était le Mercredi Saint de l’année 1651.

Que dieu vous garde !

 

Selma cayol